(c) David Willen, Das Ende der Sorglosigkeit - Ein Jahresbericht, 2008-2009, Courtesy Galerie Bob Gysin, Zürich.
agrandir l'imageagrandir l'image
(c) David Willen, Das Ende der Sorglosigkeit - Ein Jahresbericht, 2008-2009, Courtesy Galerie Bob Gysin, Zürich.

Das Ende der Sorglosigkeit – Ein Jahresbericht, 2008–2009

headphoneDavid Willen

Télécharger MP3 (3.35 MB)

Pour ce travail, David Willen a recours à un processus sériel et répétitif. Tous les matins pendant un an – à l'exception des dimanches et jours de congés – la première tasse de café terminée est photographiée de façon systématique. L'installation et l'éclairage restent fixes alors que la prise de vue se fait au travers d'une chambre grand format 4x5 inches et de film polaroïd. Une fois la photo révélée, elle est collée au-dessus du titre principal de la Neue Zürcher Zeitung. Les 303 feuillets qui composent la série sont alors soigneusement archivés dans des boîtes de manière chronologique. Non loin du travail conceptuel de l'artiste On Kawara et de sa série de tableaux «Today Series» inaugurée le 4 janvier 1966 (toiles monochromes comportant uniquement la date à laquelle le tableau à été exécuté), David Willen inscrit sa série dans une tradition artistique moins courante dans la photographie que dans les arts plastiques. Mais alors que le travail de son homologue japonais relate principalement sa propre existence, la série « Das Ende der Sorglosigkeit » se révèle être moins personnelle et plus universelle. Cette pratique méticuleuse entreprise par le photographe relève d'une réflexion sur les différentes temporalités que présente sa série. Le rapprochement du texte et des photographies matérialise des données temporelles abstraites et en initie de nouvelles. Alors que les titres de la Neue Zürcher Zeitung se réfèrent à l'histoire médiatique de 2008–2009 et mettent en avant certains évènements comme la crise économique, le polaroïd évoque, quant à lui, l'instant unique de la prise de vue. Les traces de café sur les tasses ne peuvent alors échapper à la tradition séculaire et divinatoire de la lecture du marc de café. Car après tout, cette série ne serait-elle pas aussi une question d’interprétation ? (Victoria Mühlig) www.davidwillen.com

David Willen(1968, Bern) lebt und arbeitet in Zürich. Seit 2004 wird er von der Galerie Bob Gysin in Zürich vertreten. Regelmässige Beiträgein Zeitschriften wie Wallpaper, in dem 2010 eine Serie seiner Architekturaufnahmen gezeigt wurde. Dieses Jahr wurdeDavid Willen für den Swiss Photo Award ewz nominiert.

website by aquaverde