(c) Roger Frei, nox lunae, seit 2009.
agrandir l'imageagrandir l'image
(c) Roger Frei, nox lunae, seit 2009.
(c) Roger Frei, nox lunae, seit 2009.

nox lunae, seit 2009, work in progress

headphoneRoger Frei

Télécharger MP3 (6.21 MB)

Des montagnes. Remplissant presque toute l’image. D’un coloris discret. Entre 2000 et 4000 mètres d’altitude. Dans une atmosphère à la lumière tamisée. Imposantes. Esthétiques. Pittoresques. Roger Frei prend des photographies à des endroits de faible « pollution lumineuse ». La lumière du soleil, reflétée par la lune, est la seule source lumineuse. Il recourt à la technique de la photographie argentique et expose la pellicule jusqu’à une durée de deux heures. Au moyen de cartes numériques en trois dimensions, il choisit au préalable des emplacements possibles pour poser son appareil. Il les cherche ensuite, de jour, dans le paysage et fixe ceux qui sont appropriés grâce à un logiciel GPS qui permet de les retrouver pendant la nuit. Le temps, et ses formes multiples, est inhérent aux images de Roger Frei. Formés il y a 135 millions d’années, les reliefs alpins sont aussi intemporels en qualité de sujet que la source de lumière utilisée : l’intensité de « la lumière de la lune » qui revient selon la loi naturelle. La longue période de la formation des Alpes, qui a créé une grande variété de formes et de strates, a défini leur caractère, ainsi que la simultanéité apparente de différentes saisons. Un jaune vert automnal côtoie un blanc hivernal. Les images montrent d’une manière directe l’extension du temps. Le long temps de pose qui ne permet qu’une à deux images par nuit s’interpose face à ces lents processus. Conçue comme une œuvre en cours, la série de Roger Frei est à la fois intemporelle et subordonnée au temps. Dépendantes de la lumière disponible (seules les nuits proches de la pleine lune sont suffisamment « claires ») et de conditions météorologiques optimales (ni nuage, ni vent), il n’y a que peu de nuits possibles par année pour ces prises de vue. Le résultat n’est visible qu’à retardement, après le développement du film. Roger Frei, dont cette série renvoie également à la peinture de paysage du XIXe siècle, crée des images d’une « lenteur bienfaisante », contrastant avec la vitesse de production des images actuelles. www.rogerfrei.com

Roger Frei (1971, Zürich) lebt und arbeitet in Zürich. Nach dem Architekturstudium an der Eidgenössischen Technischen Hochschule (ETH) Zürich und Mitarbeit in verschiedenen Architekturbüros arbeitet er seit 2006 als selbstständiger Architekturfotograf und ist seit 2008 Dozent für Architekturfotografie an der Fachhochschule Nordwestschweiz (FHNW) Muttenz. Seine Fotos wurden mehrfach ausgestellt.
 

website by aquaverde